Une Mudra dans la vraie vie

Mudra quand….  on prend l’avion

Une jeune femme à côté de moi dans la salle d’embarquement. Elle a peur. Elle panique. Elle avoue : le décollage et de l’atterrissage sont un supplice. Je lui propose de faire une Mudra. Un simple positionnement de ses doigts pour faire peur à ses peurs. Elle est intriguée mais veut bien essayer. Elle suit mes indications. Elle entrelace ses doigts à la hauteur de sa poitrine, les mains tournées vers le coeur et les pouces vers le haut de manière naturelle. Elle ouvre les mains vers le haut en créant un étirement des doigts. Je lui explique que c’est comme si elle tissait un filet de sécurité autour d’elle. Cette Mudra s’appelle Vajrapradama, le geste de la confiance inébranlable. Son visage change. Il était crispé, il s’illumine. Elle sent par elle même les bénéfices de ces gestes millénaires et bienfaisants. Je lui propose de le faire dans l’avion. Et que si ça ne va pas je ne suis pas loin. J’en ai d’autres mais Vajrapradama me semble le plus adapté. Il n’y a pas de mots pour décrire ce que je ressens en partageant avec d’autres ce qui m’a fait du bien. Ah si : surkiff.

 Mudra quand… on est une artiste

Une artiste vient me voir au Little Shine Palace. Sandra Chérès.
J’aime beaucoup son travail depuis longtemps, notamment ses collages à partir de vieux Paris Match.

Elle travaille « à plat » sur ses genoux, comme sur la photo. La position n’est pas du tout idéale pour son dos mais il n’y a que comme cela qu’elle crée. Elle a mal en bas du dos. Je lui propose de faire une Mudra. Elle suit avec attention la position de mes mains et de mes doigts pour faire Adho Merudanda Mudra, « le geste du bâton qui se fait face » : les pouces sont étendus l’un vers l’autre et les autres doigts sont tournés vers la paume de la main.

Cette Mudra va lui faire beaucoup de bien parce qu’elle va diriger la respiration dans son dos contracté et douloureux. Elle est séduite par le côté simple des Mudra, par le fait que ni vu ni connu elle pourra refaire le geste même dans le métro quand elle va à son atelier au 59 Rivoli.

Elle sourit et détend tout son dos en s’étirant doucement. Instinctivement ? Ou alors cette Mudra lui fait quelque chose. C’est elle qui sait. Moi je ne fais que lui apprendre ce qui j’en suis certaine lui fera un bien fou.

Mudra quand … on prépare un concours

Il prépare les concours des grandes écoles. Dans un mois commencent les concours. Fatigue, affreux doutes et stress sont en embuscade.

Je tente le coup : même si le jeune homme est très cartésien, il est aussi sensible aux mouvements d’énergie en général.

Je vais le convaincre qu’il a le pouvoir d’optimiser son énergie tout seul comme un grand chef.

Je lui propose de faire Ananta Prajna Mudra. Ce geste augmente la concentration, développe la mémoire et calme les pensées. Je vois que ça lui plaît. Il ne dit rien mais je le sens. Discrètement mais sûrement je vais lui faire un programme spécial prépa.

Mudra quand… on est chirurgien

Il est chirurgien. C’est le premier homme qui vient participer à un atelier sur les Mudra.

Ces gestes bienfaisants et millénaires ont aiguisé sa curiosité et l’inspirent pour ses patients. Un positionnement précis des doigts pour canaliser et sceller les énergies là où ils en ont besoin. Pour apaiser leurs peurs, calmer le stress, renforcer la confiance, soulager leurs douleurs …

Mudra quand on passe un entretien

Elle va passer un entretien pour un job. Elle a peur de ne pas être à la hauteur. Elle pense qu’à son âge personne ne l’attend. La dernière fois, elle a n’a pas eu ce poste de dingue. Ils ont trouvé qu’elle n’était pas assez lumineuse. Finalement tant mieux, reconnait-elle, elle aurait été très malheureuse.

Elle vient participer à un atelier sur les Mudra pour les comprendre et les apprendre. Et voir si ça pourrait l’aider. Je lui propose de faire cette Mudra ensemble : Ananta Prajna Mudra, Un geste pour optimiser son énergie, se sentir au mieux du top. Tout en développant son intuition.

Je lui montre le positionnement des doigts pour cette Mudra, je lui explique pourquoi le majeur et le pouce en formant un cercle, activent les éléments espace et feu, et augmentent l’énergie dont elle a besoin. je lui avoue que c’est une de mes Mudra préférée. Elle envoie un message après son rendez-vous, « merci, c’est dingue, mon entretien a super bien marché !! », suivi d’un second message « debrief : personnalité dynamique et passionnée.

Mudra quand on a 10 ans

Elle a 10 ans. Elle a peur devant sa feuille d’interro de maths. Peur d’avoir une mauvaise note et de pas y arriver.

Elle est venue avec sa maman qui a eu la lumineuse idée de l’emmener avec elle participer à un atelier Mudra au Little Shine Palace.

Les enfants sont ultra réceptifs aux Mudra. Ils ne sont pas comme nous qui cherchons souvent midi à quatorze heures. Elle est timide, en retrait, impressionnée par les grandes autour d’elle. Un peu pâle aussi.

Quand soudain son petit visage s’éclaire. Elle vient de réussir en un claquement de doigts Ananta Prajna Mudra. Elle est la seule, les participantes font des efforts pour comprendre le geste de cette Mudra très puissante et un peu compliquée au tout début. Cette Mudra permet de sentir sa force intérieure, d’augmenter sa concentration et son intuition. Elle se lève pour aider les autres et va s’asseoir à côté d’elles pour expliquer avec ses petites mains comment il faut positionner ses doigts. Ça lui plaît. Elle est fière. Elle sent que ça lui donne des ailes dans le dos. A la fin de l’atelier, elle a les joues toutes roses et un sourire qui en dit long.

Mudra quand on a besoin de retrouver la lumière 

Elle est infirmiere la nuit depuis si longtemps. Au bloc, pour les urgences dans un grand hôpital parisien. Elle est en jet lag longue durée. Elle dit que son organisme est tout détraqué. Elle a l’air si fatiguée. Mais elle veut prendre les choses en main. Elle remonte la pente malgré un choix émotionnel violent il y a quelques années. Elle est venue faire un atelier Mudra. 1h30 de transports pour arriver au Little Shine Palace. Elle a aimé. Elle l’a écrit. Dans l’objet de son message elle a mis « retour vers le coeur ».

J’ai un respect infini pour les infirmières, je crois ça décuple le poids de ce message.

« Je suis sortie de l’atelier sur un petit nuage qui m’a délicatement accompagnée jusqu’à chez moi , dans un état de calme et de plénitude rare.Un grand besoin de prendre encore davantage soin de moi me démange depuis.Soyez remerciée infiniment pour ce don, ce partage rayonnant de générosité. .Je dévore ou plutôt je déguste votre livre , à l’image de son contenu, simple, raffiné, si inspirant. Je vais instaurer quelques petits rituels dans lesquels les mudras auront évidemment leur place… Affaire à suivre et à poursuivre. Je vous adresse toute ma gratitude et mon admiration pour ce si précieux travail »

Mudra quand on a plus du tout d’énergie

Elle dit qu’elle n’a plus d’énergie. Qu’elle est comme vidée. Pas triste et déprimée. Non ça va, au contraire, elle n’a qu’une envie c’est être en pleine forme. Avant de venir à un Mudratelier, elle a pratiqué quelques Mudra avec le livre, les rituels proposés dans les premières pages.

Elle raconte que quand elle est sortie de l’atelier, elle s’est frotté les mains comme pour se dire « action il y a des solutions concrètes ! on y va, on va se sortir de cette fatigue énergétique et rallumer la lumière à tous les étages». Et puis elle envoie ce message « Dimanche je me suis fait un petit « cocktail de mudras » sur la fatigue et les émotions. Et pour la première fois depuis bien longtemps, j’ai retrouvé assez d’énergie pour refaire une petite série de sport et vaquer au quotidien. J’avais les idées plus claires aussi donc du coup je faisais les choses sans me dire « oh non je suis trop fatiguée je vais pas le faire», ce qui ne m’était pas arrivé depuis longtemps vu que je n’avais plus la force de rien et que tout me demandait un effort quasi surhumain. Ma journée a été différente des autres et au moins ça m’a permis de rallumer « quelques lumières intérieures » et ça ça n’a pas de prix. C’est vrai ça n’a pas de prix tout cet or dans vos doigts.

Mudra quand on n’arrive pas à digérer

Il mange vite. Trop vite.
Il engloutit au déjeuner une série de pizzas, suivi de quelques brownies et arrose le tout de litres de jus d’orange.
Jour de fête, mais ça son estomac s’en fiche. Il lui fait signe et lui exprime clairement les choses : j’en peux plus moi, c’est trop de boulot à digérer tout ça.
Il est barbouillé.
Il est un peu vert comme le dinosaure de la photo. 
Je lui propose de faire Madhyama Mudra pour apaiser son feu digestif. Dans cette famille de Mudra les majeurs représentent le feu. Pas de hasard. Que du bon sens.
Je lui dit de connecter les deux majeurs ensemble.
Et de continuer le temps qu’il veut. Il peut arrêter puis reprendre.
Il sent que ça va mieux. Que son mal au coeur s’estompe.
Et puis ça va beaucoup mieux. Il est fier de lui. C’est lui qui l’a fait.

Mudra quand on travaille en horaires décalées

Elle travaille dans un grand aéroport parisien au départ des longs courriers. Elle s’occupe de vérifier que tout va bien à l’embarquement. Il y a du bruit, du monde, du stress, des sourires, des peurs aussi exprimées par ceux qui vont partir loin, même si on dirait qu’ils prennent l’avion comme ils font de vélo.

Elle vit en horaires décalées c’est à dire que son organisme doit supporter des variations de rythme importantes. Crevant. Épuisant. Le planning varie tout le temps.

Elle fait déjà beaucoup de choses dans sa vie pour stabiliser ses jours et ses nuits. Elle vient par curiosité voir comment et pourquoi les Mudra.

Je lui propose Bhumi Mudra qui va lui permettre de s’ancrer à la terre, en clair de s’enraciner. Et puis Prithivi Mudra pour gérer son jet lag même si elle reste au sol. Enfin Prana Mudra un geste qui signifie la victoire de l’énergie pour se donner un coup de booster. Elle lâche un peu ses tensions, se détend, ça se voit et ça se sent.

Mudra quand on est trop triste 

Elle a 7 ans. Sa maman est une femme d’affaires. Elle voyage beaucoup. Et souvent elle sort le soir pour les affaires et passer des bons moments avec ses amis aussi.

Certains soirs c’est trop. Elle est triste. Elle veut sa maman. Parfois elle est trop triste, même si sa maman l’aime plus que tout. Mais sa maman n’a pas le choix pour mille raisons.

Alors elle lui apprend une Mudra extraordinaire : Sopana Svarga Mudra. Traduit du sanskrit : le sceau de l’escalier céleste. Les doigts déposés les uns sur les autres forment comme un escalier pour alléger les émotions portées par chacun des éléments. Les auriculaires levés ajoutent une touche de fluidité et légèreté. Elle adore. Elle a même dit à sa maman : « t’inquiètes pas tout va bien je ne suis plus triste ». Après une série de dîners sa maman va lui consacrer un sacre nombre de soirées pour lui raconter des histoires et lui faire des câlins.

Mudra quand on est ado

« Mudrado », des Mudra et des ados.

3 questions/demandes d’ados garçons.

Le mien, 
« Maman tu peux me préparer une feuille que tu imprimes sur laquelle t’écris la mudra pour dormir et la mudra pour le stress quand on passe à l’oral à l’école c’est pour un copain et une copine aussi. Je leur en ai parlé »

Le sien, a qui elle a montré le livre
« Mais maman comment ça peut marcher aussi simplement ?

Un que je connais bien,
« Tu pourrais m’en apprendre d’autres des Mudra ? Tu sais celle que tu m’as dit de faire la dernière fois quand j’avais mal au ventre elle a super bien marché. Une par exemple pour avoir confiance ça j’aimerai bien »

 

Mudra pour cultiver sa joie

Il s’est foulé l’index droit. 10 jours d’immobilisation. Sans écrire. Sans être complètement autonome… à un âge où on ne jure que par là liberté de mouvements.

Je lui propose Ansushasana Mudra :le geste de la joie. Les doigts sont repliés, les pouces se posent dessus et les index restent en l’air comme si il faisait le geste de joie « bip bip ».

Ça le fait rire. Je lui explique qu’en utilisant les index, l’élement air est activé et qu’un vent de légèreté souffle. Je propose une autre Mudra pour qu’il soit patient mais il préfère ne faire qu’une seule Mudra à la fois.

Mudra pour prendre la parole en public

Elle doit souvent prendre la parole en public. Elle stresse juste avant de se lancer, après ça va, c’est même une autoroute sur laquelle elle fonce. Elle parle à un public de spécialistes d’avancées scientifiques importantes qu’elle peut mesurer. Elle me dit qu’elle a besoin d’asseoir sa légitimité aussi, même si son sujet elle le connaît sur le bout des doigts depuis de nombreuses années.

Au cours d’un Mudratelier en tête à tête, je lui propose un trio de Mudra. La première va lui permettre de faire descendre son niveau de stress. La seconde va lui permettre de cultiver sa force intérieure, d’être sûre d’elle et surtout de se sentir parfaitement à sa place. La troisième va lui permettre de s’ancrer profondément à la terre et ainsi de ne plus être déstabilisée. C’est elle qui toute seule qui va réussir à faire tout ça. En connectant ses doigts d’une certaine manière elle va pourvoir diriger et sceller ses énergies.

Mudra à distance

Elle habite à 7000 km. Le soleil brille tous les jours dans le ciel. Moins dans son quotidien. Elle est stressée. veut quitter son job, elle a peur, elle veut faire autre chose, oui mais quoi.

Pendant notre Mudratelier à distance et en vidéo, je lui propose notamment un trio de Mudra simples et bienfaisants comme tous les autres. Un geste anti stress, Ushas Mudra, tous les doigts s’entrelacent le pouce gauche pose sur le droit parce que c’est une femme ça serait le contraire pour les hommes.
Puis Kanishtha Mudra pour apaiser son mental « foufou » : elle connecte les bouts de se ses auriculaires ensemble. Et puis une autre Mudra pour laisse aller et accepter. 
A suivre.

Mudra quand on s’est foulé l’index droit.

10 jours d’immobilisation. Sans écrire. Sans être complètement autonome… à un âge où on ne jure que par là liberté de mouvements.

Je lui propose Ansushasana Mudra :le geste de la joie. Les doigts sont repliés, les pouces se posent dessus et les index restent en l’air comme si il faisait le geste de joie « bip bip ».

Ça le fait rire. Je lui explique qu’en utilisant les index, l’élement air est activé et qu’un vent de légèreté souffle. Je propose une autre Mudra pour qu’il soit patient mais il préfère ne faire qu’une seule Mudra à la fois

Mudra quand c’est la Pleine Lune

Elle veut dormir comme un bébé, elle que la pleine lune perturbe. je lui propose Nidra Mudra et lui donne les indications : ettez votre main droite sur votre main gauche, les pouces s’entrecroisent, elles se posent sur le bas ventre. Respirez et appréciez comme tout s’apaise. Mettez ensuite la main gauche sur la main droite avec les pouces qui se croisent et posez les au niveau du nombril. Respirez tranquillement aussi longtemps que vous en avez envie. Dernière étape: la main droites se pose nouveau sur la main gauche avec les pouces entrecroisés, respirez le temps qui vous semble bien sauf si vous dormez déjà. Si une insomnie veut s’en mêler quelques heures plus tard, recommencez. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *